Où est l’équilibre?

1505467_10152377778578268_112410959_nOù est la ligne quand d’un côté on essais de trouver tous les moyens possibles pour vivre zen, faire du yoga, trouver la paix intérieur pour seulement calmer le stress du train train quotidien ? Quand de l’autre côté se joue des drames planétaires quotidien, des attentats contre l’humanité entière, que des inégalités naissent chaque jour et que chaque seconde, des gens doivent lutter pour survivre?
Comment peux t-on arriver à trouver notre propre équilibre, en vivant sur une terre qui tangue sans arrêt et qui craque de partout?
Comment ignorer ce qui se passe tout autour de nous, et continuer à se concentrer sur notre nous?
Nous ne pouvons faire fi de ce qui nous entoure, de notre tout, qui fait de nous une seule et même planète…
Le paradoxe est assez choquant je dois dire…
Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté je ressens beaucoup de peine et de souffrance à la vue d’une telle violence; autant pour les victimes que pour les attaquants.
Car, pour penser à régler des problèmes par la violence, et contre des innocents par la même occasion; je ne peux que me désoler du peu de solution qu’ils ont daignés envisagés. Le plus terrifiant reste toujours la question qui tue: Voulaient-ils essayer de régler un problème de cette manière? Ou leurs but était-il de provoquer un conflit supplémentaire; dans un esprit qui malgré toute ma volonté, je ne peux comprendre?
Si la réponse se résume à la deuxième hypothèse alors, j’ai bien peur que beaucoup de gens ne partage pas ma philosophie pacifique et décide plutôt de répondre par la même sauce tomate que les attaquants précédemment.
Ce qui me semble-t’il donnerait raison aux terroristes et ferait encore plus de victimes…
Nous ne pouvons prévoir de quoi demain sera fait, mais nous pouvons orienter nos pensées, en fonction de l’améliorer ✌
Justine Lefebvre Gauthier
© Mam Zelle L’intéressée

LE SOUFFLE DU GOUFFRE

LE SOUFFLE DU GOUFFRE

ciel d'automne 2012

Abasourdie par cette nature ensevelis,

Je chuchote dans la nuit; Ma douleur qui ne connait pas la torpeur.

Abrutie par tant de beautés éventrées,

Mon cœur se soulève tel le tonnerre dans le désert.

Mes pas s’accélèrent dans les bras du temps,

Les idées se succèdent au gré du vent…

Éphémères, solitaires, salutaires…

Incommensurables, non-mesurables,

Inimaginables, réverbères, tintères…

Au centre, dans ma lumière, celle de ma tanière,

Telle une clairière!

Illuminons de solutions; Cet univers qui regorge de vie!

Celui qui est en perte d’autonomie…

Un monde amer, qui pour progresser dans son évolution,

Devra cesser la désillusion et accepter notre prosternation,

Face aux forces motrices, l’élément même qui assure notre survie…

Je ramerai au creux du tranchant,

Je voguerai, au rythme du vent et des marées.

Sans heurter le cours de la nuit, transcendé par le son de mes cris.

Sans chavirer dans l’horreur des profondeurs, vaincre la laideur.

Sans sombrer dans les vagues de mon tempérament, aspirer par trop de mouvement.

Sans douter d’y abandonner mon cœur, dans le gouffre du souffre.

©Justine L. Gauthier

Tous ces non dit! Mais ils n’ont rien compris!

Le fait de vouloir minimiser l’impact que l’on a sur les autres… Ou est ce vraiment le bon terme pour d’écrire tous ces non dits?
Par peur du jugement, d’offenser, de faire pleurer quelqu’un? Qui dans notre entourage ne pourra selon nous le comprendre ou le supporter? Le fait d’analyser sans cesse les réactions d’autrui en fonction de ce que nous avons comme perception, n’est selon moi pas la solution, pour éviter la confusion.
En se retenant de dire les choses telles quelles sont,en refusant d’avouer ce que l’on pense vraiment; la vrai question que l’on devrait se poser est: on s’expose à quoi, à qui, si j’agis comme je le sens, si je dis mon vrai ressentie?
Car cette fois-ci tu n’a rien dit, mais la prochaine, et la suivante? Seras tu capables de résister encore longtemps? À endurer des comportements, qui ne te rejoigne pas dans tes valeurs, à supporter des pensées, des gens qui ne te rejoignes plus ou pas?
Avant d’exploser afin de ne pas imploser…Il serait peut-être plus indiqué de doser… D’oser! De ne pas s’imposer, mais plutôt se respecter, en ne cachant pas qui l’on est vraiment.
Le masque finira par tomber tôt ou tard, et en attendant c’est toi qui peine à reprendre ton souffle sous ce masque… Cette carapace!
Je dirais la même chose quand quelqu’un vous demandes votre opinion ou quand quelque chose vous déranges dans une relation. N’ayez pas peur de minimiser, il y a une manière de passer tous les messages, même ceux que vous savez qu’ils dérangeront sûrement, ils ne feront jamais l’unanimité de toute façon! Aussi bien s’exprimer, pour s’en libérer, pour laisser aller et voir se qui va se passer. Sans cela, ça risque de rester, d’empirer, de finir par vous gruger, de vous faire réagir de manière disproportionné en fonction de l’autre impliqué, même s’il n’en sait encore rien!
Eh non! On ne peut toujours pas savoir ce qui se passe dans la tête des autres vivants! Et eux non plus n’ont pas découvert la recette magique pour lire dans vos yeux, vos expressions ou vos silences!
La perception, dans le contexte approprié, reste à mon sens l’élément qui guide nos pas vers la compréhension. Il est si facile de vivre une expérience simultanée, mais d’avoir 2 visions différentes des événements qui s’y sont déroulés!! Pourquoi? Parce que 2 êtres uniques, interprètent, réagissent et agissent en fonction de leur propre conception, selon leur vision du monde dans lequel nous évoluons…
En fin de compte, le degré d’ouverture: à une autre optique, à une vision oblique et non statique; repositionne et désarçonne ce qui façonne la personne que nous sommes… Aujourd’hui et demain, rien ne nous empêche d’être et de s’aimer plus; que les barrières que l’on s’est imposées. Celles que l’on refuse de gravirent, de franchirent et de détruirent. Ils n’empêcheront pas personnes de vous approcher, mais vous y serez condamné, prise dans votre enclos carré… Pourtant, personne ne vous y a enfermé. Pensez-y, êtes-vous prisonnier de votre cage dorée, dont vous seul avez la clé pour vous en échapper?
Bonne réflexion, sans flagellation… Seulement un pas de plus vers la guérison!
De notre moi trop concerné, consterné dans la contemplation de ce qui nous fait si mal au fond.
Je parle ici de votre essence de fond!
Bon lundi!
Justine L.G @lias Mam Zelle L’intéressée

Un Son dans la nuit

Un Son dans la nuit

Hier soir, j’ai été inspiré par l’instant présent et ce que le seul son d’un train a pu évoquer comme constatation et conception à mon esprit. À quel point sommes-nous détachés de la réalité à chaque seconde, qui compte tant pour d’autres? Dans un autre sens, je me dis: « Fiou! Si il fallait qu’on pense et imagines tout ce qui se passe sans que l’on ne le voie, si près de nous; on finirait tous par devenir fous! » Malgré tout, je crois qu’il est bon d’accorder une importance à l’impact que l’on exerce, qu’on laisse; sur les autres et sur notre environnement. Immédiat ou non, on sait tous maintenant qu’avec les vents et les marées, tout finit par se connecter un jour ou l’autre… J’ai trouvé mon esprit frappant, cette nuit-là! J’ai donc décidé de vous le partager prestement. 

 

Bonne nuit à tous… Cette nuit pas de pluie, et les grillons se font de plus en plus discrets… Mais c’est toujours l’été quand même ici! Oui! Oui! L’automne ne débute que le 21 septembre les amis. 🙂 

 

Parfois le soir,

Quand il est bien tard,

Que le silence des grillons manque à l’ambiance de la nuit;

Dû à la pluie, qui les a refroidis;

Leurs sons nous feront défaut cette fois-ci.                          

J’entends le bruit des freins,

Celui qui brise notre train-train;

Rappel de notre quotidien, là-bas au loin…

De vies suspendues à une seule déflagration, détonation.

Celui de la consommation, Avec toute cette pollution

Vraiment, c’est ça l’évolution?

Celui qui nous ramène à la réalité; De notre Société,

De ses désirs démesurés & de ses besoins à combler;

Toujours plus hauts, toujours plus grands,

Jusqu’à tant que nous soyons tous morts…

Du moins, en dedans…                       

 

Mam Zelle L’intéressée @LIAS Justine L.G.

 

Population du Monde

Oyez! Oyez! Se protéger contre le danger c’est bien, mais le prévenir en préservant nos habitats naturels et les autres, c’est une garantie de survie humaine et planétaire… De l’eau douce,cela ne sert pas qu’à ce promener en bateau, c’est l’avenir de la vie, la nôtre et celles de MILLIARDS d’autres ESPÈCES VIVANTES, qui eux aussi, font parties de LA PÉRENNITÉ DE LA VIE SUR TERRE!!! Cogiter , conscientiser, préserver, coopérer, ne pas se décourager, voilà la clé de la continuité… de la vitalité…

Population du Monde

Voici un article qui m’a choqué!

Après avoir récemment expérimentés, moi-même et plusieurs autres résidents de ma rue: un problème d’eau courante dans nos foyers. Une première expérience dans mon cas, à manquer d’eau potable pendant 13 jours consécutifs, dont 2 sans eau du tout. Nous pouvions faire la vaisselle, le lavage et nous doucher, mais pour tout le reste, la ville nous indiquait de faire couler l’eau avant de la récolter pendant 15 minutes, puis de la faire bouillir une minute supplémentaire. Je sais que malgré les lois, plusieurs pays expérimentes d’énormes problèmes d’eau, que ce soit permanent ou par intermittence, la seule différence étant que c’est ce à quoi cette population est confronté tous les jours, depuis bien trop longtemps… Malgré cela, ils s’y attendent, ils se préparent et font des réserves, et même à cela, je ne suis pas certaine qu’ils font plus attention que nous à leurs consommations de cette richesse naturelle, que l’on est en train d’épuiser, d’assécher, de polluer, de détruire, de gaspiller, d’exporter, d’utiliser, d’exploiter, d’inonder… Sans penser, ou prendre le temps de la respecter, de l’a remercier, d’en prendre soin, pour conserver la source,de toute trace d’espoir d’existence dans ce monde, qui est nôtre.

 

Mam Zelle L’intéressée @LIAS Justine L.G

Le feu jaillira de moi!

Je peux, car je veux… Ou bien, je veux, car je peux?

Je peux, car je veux… Ou bien, je veux, car je peux?

Je veux créer

Je veux aimer

Je veux m’évader

Je veux danser

Je veux courir

Je veux être aimé

Je veux sourire

Je veux m’aimer

Je veux m’accepter

Je veux explorer

Je veux découvrir

Je veux donner

Je veux parcourir le monde

Je veux apprendre

Je veux rassembler les gens

Je veux consolider

Je veux bâtir

Je veux être comprise

Je veux grandir

Je veux imaginer

Je veux concrétiser

Je veux m’émerveiller

Je veux m’impliquer

Je veux savourer

Je veux exprimer

Je veux toucher

Je veux respirer

Je veux me défouler

Je veux rire

Je veux m’amuser

Je veux sentir

Je veux vivre

Je veux goûter

Je veux rêver

Je veux nager

Je veux me rassembler

Je veux m’améliorer

Je veux m’apprivoiser

Je veux me dorloter

Je veux contempler

Mam Zelle L’intéressée @lias Justine L.G